ousontlesfemmes » Actualités » Comment suivre efficacement une feuille de route parité dans la culture ambitieuse !

Comment suivre efficacement une feuille de route parité dans la culture ambitieuse !

Depuis 2012, jamais feuille de route sur la parité dans la culture n’avait été aussi ambitieuse et énoncé des objectifs chiffrés de manière aussi claire. Les demandes de la SACD, de HF et d’autres associations sont reprises. De même, le Ministère s’est enfin engagé à publier désormais les informations que la SACD a collectées cinq ans durant dans sa brochure « Où sont les femmes? ».

Comme la feuille de route s’inscrit dans la durée, il s’agit désormais de s’assurer que les engagements sont suivis dans les faits : ousontlesfemmes.org s’assurera que chaque engagement chiffré pris est respecté et demandera à ce que certains engagements soient précisés quand ils ne le sont pas dans la feuille de route (cf. commentaires en rouge)

Félicitations à Françoise Nyssen, à Agnès Saal, Claire Guillemain et Claire Lamboley.

Feuille de route Egalite 2018-2022

Morceaux choisis.

  1. En interne, le ministère sera particulièrement vigilant à l’égard de la nomination de femmes aux postes de responsabilité, en administration centrale, déconcentrée, dans les services  à compétence nationale, dans les établissements publics placés sous sa tutelle, en fixant d’ambitieux objectifs chiffrés à l’échéance de 2022. Ainsi, d’ici à 2022, à la faveur des fins de mandats, la moitié des postes de direction exécutive des établissements publics placés sous sa tutelle (soit 37 sur 76) seront occupés par des femmes. Liste des 37 établissements. 
  2. Faire progresser la part des femmes à la tête et dans la programmation des institutions de la création artistique

    L’observatoire 2017 de l’égalité a montré que les femmes restent encore largement minoritaires aux postes de direction des institutions de la création (29% de directrices pour les institutions labellisées), et qu’elles sont généralement à la tête de structures dotées de budgets moins élevés. L’objectif est que, sur la période 2018-2022, tout soit mis en oeuvre pour faire évoluer radicalement les pratiques. Le ministère de la Culture sera particulièrement attentif aux nominations à la tête des établissements publics de la création sur l’ensemble de la période 2018-2022 et définira les indicateurs permettant un suivi précis de la place des femmes dans la programmation de ces établissements. Demander la liste de ces indicateurs, les modalités de suivi et la date de mise en place. La circulaire du 8 mars 2017 a fixé un cadre de concertation à mettre en place dans chaque région pour engager un travail de suivi et de progression quantifiée sur l’accès des femmes aux responsabilités, aux moyens de production, de création, de recherche dans les institutions labellisées. Les outils correspondants ont été depuis mis à disposition par le ministère (cahier des missions et des charges, volet parité dans le bilan social annuel simplifié). Obtenir ce document et s’assurer que tous les lieux labellisés sont tenus de suivre ce volet. Le Tour de France de l’égalité a été l’occasion d’ouvrir le débat dans plusieurs territoires sur la mise en oeuvre de cette circulaire, démarche qui sera poursuivie. Un premier bilan de la manière dont les objectifs chiffrés ont été déterminés et ont commencé à produire des effets sera dressé en juin 2018. Relayer le bilan à fin juin 2018.

  3. En matière de nomination est fixé un objectif national de progression de 10% par an de femmes pour les catégories de labels dans lesquels elles représentent aujourd’hui moins de 25% des dirigeants, de 5% pour les catégories de labels dans lesquelles elles représentent 25 à 40% des dirigeants actuels. Établir la liste des labels en fonction des pourcentages évoqués ci-dessus. Les mêmes objectifs quantitatifs de progression seront appliqués aux programmations des structures labellisées, enjeu majeur pour offrir une juste reconnaissance aux artistes actuelles mais aussi pour susciter les vocations de demain. La non-atteinte de ces objectifs emportera des conséquences financières, sous la forme d’un « malus » pour les structures labellisées qui ne respecteraient pas ces objectifs. Les modalités concrètes et le calendrier précis de mise en oeuvre de ces engagements chiffrés de progression seront définis avant l’été 2018. Relayer les modalités, le calendrier et le bilan prévu en  juin 2018.
  4. Le sujet de la parité fera l’objet d’un groupe de travail spécifique associant les élus, dans le cadre du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC). Quand ce groupe de travail va-t-il être lancé, qui y participera et quel est le délai dans lequel il devra rendre ses conclusions? La circulaire du 8 juin 2016 relative aux résidences comporte un objectif de parité dans l’accueil et l’accompagnement des artistes en résidence dont le bilan 2017 sera diffusé début 2018. Se procurer le bilan évoqué. La loi égalité citoyenneté du 27 janvier 2017 impose à compter du 1er janvier 2018 une proportion minimale de 40% de chaque sexe dans la composition des commissions placées auprès des directions régionales des affaires culturelles ou des établissements publics pour se prononcer sur l’attribution de subventions ou aides financières, la sélection, l’acquisition ou la commande d’oeuvres S’assurer que cet objectif de 40% est respecté. Une composition plus égalitaire de ces instances devrait avoir un effet sur les choix repérés. Une sensibilisation sur les discriminations sera en outre proposée aux membres de ces commissions, notamment celles de grands établissements publics comme le CNC, le CNL, le CNV. Un travail spécifique sera mené sur les cheffes d’orchestres, domaine où la situation est particulièrement préoccupante (aucune femme cheffe sur les 24 orchestres labellisés). Des données complémentaires seront recueillies, en mobilisant l’Association française des orchestres (AFO) : nombre de concerts dirigés par des femmes ; au sein de ce chiffre, nombre de concerts dirigés par des femmes françaises ou formées en France ; nombre de femmes dans les candidatures à la direction musicale des orchestres ; composition F/H des jurys des recrutements. Le nombre de jeunes filles formées à la direction d’orchestre dans les conservatoires et les établissements d’enseignement supérieur sera analysé sur 10 ans, de même que la répartition F/H des enseignants et intervenants dans ces cursus. Demander la date de lancement de cette mission d’inspection, la ou les expert.e.s en charge, la durée de la mission d’ici fin mars 2018 et les modalités de présentation des résultats.

    Une obligation spécifique d’invitation de cheffes d’orchestres sera fixée aux orchestres labellisés en application des objectifs de progression chiffrée mentionnés ci-dessus. Une réflexion sera engagée avec l’AFO pour qu’elle relaie fortement cette préoccupation au sein de la profession, ainsi qu’avec les structures représentatives des agents artistiques pour identifier les leviers pertinents. Se procurer copie de cette obligation. Une campagne de communication sur les femmes cheffes d’orchestres, mais aussi sur les compositrices, chorégraphes, metteuses en scène, sera définie et mise en oeuvre, afin d’agir sur les représentations auprès des jeunes. Une mission d’inspection de la création artistique sur la place des femmes dans la musique et tout particulièrement des femmes cheffes d’orchestres et compositrices sera diligentée afin d’appuyer ce processus. (idem)

    Le secteur des musiques actuelles, dans lequel la parité est loin de prévaloir s’agissant des postes de direction et des programmations, a engagé un travail de prise de conscience qu’il convient d’accompagner et de soutenir en vue d’une amélioration de la situation. (idem)

 

Ce post a 0 Commentaire

Laisser un commentaire